Zoom sur… LA LUMIÈRE DANS LA 3D

Tout à la fois dotée du pouvoir d’éclairer, de sublimer ou d’éteindre n’importe quel motif dans une image, la lumière a une importance cruciale dans l’impact d’une représentation 3D. Maîtriser ses effets élargit le champ des possibles pour créer une ambiance sur-mesure.

Travail du studio en collaboration avec l’agence Bettinger Desplanques sur la représentation en 3D du futur pôle social départemental Le Havre (76) comprenant le nouvel espace Simone Veil


Laurent Laroche, pour vous, quelle est l’importance de la lumière dans une image 3D ? 

C’est juste essentiel et indispensable. Pour paraphraser une expression que j’entends souvent en ce moment, et notamment quand on essaye d’explorer la planète Mars, “l’eau c’est la vie”. Hé bien en 3D, la lumière, c’est la vie ! Dans la vie de tous les jours comme dans un univers artificiel, la lumière a le pouvoir de changer la perception que nous avons de tout ce qui nous entoure. Absolument tout. Elle agit sur notre vision et en maîtrisant les différentes facettes de son pouvoir, nous pouvons décider de rendre un objet plus éclatant ou une construction plus harmonieuse.

Mais il faut d’abord rappeler la fonction première de la lumière, une fonction « technique » dirais-je, qui consiste, avec un jeu d’ombres et de reflets, à mettre en perspective les choses pour mieux lire et comprendre les volumes. Aujourd’hui, la gestion de la lumière s’est assez « démocratisée » en 3D au fil des optimisations de logiciels; on peut par exemple poser un soleil et le faire bouger sans avoir à changer ou recalculer les éclairages. 


La lumière participe donc de l’ambiance d’une image ?

Tout à fait. Elle a ce don un peu magique d’agir sur la façon dont nous allons percevoir une atmosphère, un décor, un objet, une personne. Elle peut tout à la fois illuminer, tamiser ou assombrir une texture en jouant sur les ombres, les reflets, les transparences… comme par exemple une lumière artificielle sur une pièce de métal. Nous n’aurons pas le même ressenti avec une lumière zénithale et très peu d’ombrage qu’avec un soleil de fin de journée créant un contraste important dans l’image par des zones de pénombre différentes. Le choix de la lumière sur un projet est donc déterminant.

Prenons l’exemple d’un immeuble. Quels que soient les projets et les formes, les composantes de sa représentation sont assez attendues : du béton, du bardage bois, du verre, du métal, des toitures végétallisées et des panneaux solaires. Si l’immeuble est d’une forme « classiquement » cubique et quelque peu rigide, la lumière va devenir un renfort créatif pour lui conférer une touche de singularité et le rendre plus attrayant.

“Sur chaque partie, nous posons la lumière, comme un artisan tapissier qui travaille une à une les facettes d’un fauteuil…”


D’ailleurs, les choix d’éclairage d’une image sont toujours débattus entre nous, et aussi avec l’architecte, pour confronter les points de vue, les perceptions, les idées… et définir la lumière qui va le mieux traduire l’ambiance et l’émotion que nous souhaitons provoquer.

Une fois la volumétrie d’une image constituée pour l’essentiel, nous avons coutume de dire que « nous posons la lumière », celle qui va créer l’ambiance générale d’une scène. J’aime beaucoup cette expression car elle traduit bien le process méthodique et minutieux qui consiste, un peu comme un artisan tapissier qui travaille une à une les facettes d’un fauteuil, à réfléchir l’éclairage de chaque sujet, en tenant compte de la lumière générale, de son importance et de la volonté de l’architecte.
 


Quand vous dites « réfléchir », cela ne veut-il pas dire travestir quelque part, à force de vouloir embellir ?

Absolument pas. Notre travail consiste justement à ne pas tricher avec la lumière, qu’elle soit artificielle ou naturelle, mais à considérer toutes les possibilités qu’elle nous propose pour caractériser un projet, une vision que nous avons le devoir de retranscrire.


Avec deux lumières différentes, une image peut raconter deux histoires tout aussi différentes.

C’est l’à-propos et la cohérence globale d’une lumière qui valorisent un projet, et non une volonté d’embellir systématiquement à grand renfort de ciel éclatant et de lumière écrasante. Il me semble avoir entendu il y a longtemps une interview de Serge Gainsbourg qui disait que la vision du bonheur pour lui, ce n’était pas un ciel bleu éclatant mais un ciel fracassé par des éclairs, où tout se passe, entre des orages, des éclaircies, des nuages… bref, une image plus crédible de la vie en général. Sans aller jusque-là, et même si nous savons bien qu’un soleil écrasant et symbolique aura toujours son effet auprès du plus grand nombre, nous pensons qu’il existe un vrai champ d’action avec la lumière pour sublimer une image, sans pour autant entamer sa crédibilité. Le tout est de passer du temps dessus et d’être force de proposition sur ce sujet auprès des architectes avec lesquels nous travaillons

En un mot et sans mauvais jeu de mots, de sortir de certaines images d’Epinal pour aller chercher une lumière réfléchie et construite, au service d’une ambiance bien précise. 

“Avec deux lumières différentes, une image peut raconter deux histoires tout aussi différentes”


Après plus de 10 ans d’expérience en images 3D, continuez-vous d’apprendre en lumière ?

Tous les jours. Même si nous avons acquis des connaissances solides et assimilé les grandes règles au fil du temps, nous continuons de découvrir de nouvelles lumières… ou d’en fabriquer car le potentiel des logiciels 3D aujourd’hui élargit grandement notre champ d’action. Et c’est tant mieux car cela maintient notre esprit en éveil.

La lumière n’a pas vraiment de limite en termes de créativité et il suffit de regarder l’évolution d’un ciel dans la journée multipliant les éclairages chaque instant pour ne jamais oublier qu’il n’y a en a pas, et il n’y en aura jamais un pareil.

La seule chose importante est que la lumière provoque une émotion… et que ce soit celle qui était souhaitée. On rejoint ici le concept même de Persevoir, qui est l’émotion par la perception.


Les derniers projets

Logements et Parc paysager | Versailles

Les Archives Départementales du Loiret| Orléans

Maroquinerie | Montereau-Fault-Yonne